Lana Parrilla pour « New You » Magazine

Une interview de Lana pour le Magazine « New You » vient de paraîre de l’autre côté de l’Atlantique, voici donc ci-dessous la traduction de son interview :

Once Upon a Time est une série à succès, qu’est-ce qui rend les téléspectateurs si assidus ?
Cette série possède toute sorte d’émotions et de situations auxquelles nous pouvons nous identifier – confiance, trahison, meurtre, luxure, amour. Bien que le cœur de la série soit l’espoir. Ceci fait écho aux gens de tous âges dans le monde entier. Chaque personnage est à son tour mis en avant, et nous ne savons pas les surprises qui attendent chacun d’entre nous.

Votre personnage passe par une sacré gamme d’émotions. Pensiez-vous un jour incarner un rôle tel que celui-ci ?
Je n’avais pas réalisé à quel point elle allait devenir multidimensionnelle. Les auteurs m’ont donné beaucoup à incarner. Il y a la jeune Regina enthousiaste, tellement innocente, et bien sûr il y a l’Evil Queen, au tempérament bien trempé, à la fois impulsive et délicieuse. Elle a aussi ce côté calculateur et vulnérable. Très peu d’acteurs peuvent jouer autant de facettes en un seul rôle.

Comment avez-vous obtenu ce rôle ?
J’ai auditionné pour jouer un chirurgien traumatologue dans une autre série. A la fin de ce monologue monstrueux, le directeur de casting a dit : « je veux que tu auditionne pour Once Upon A Time, pour le rôle de l’Evil Queen ». C’était un des scripts les plus uniques que je n’ai jamais lu. J’ai demandé dans quelle direction ils comptaient s’orienter par la suite, car ce personnage pouvait devenir très théâtral. On m’a alors dit : « soit la plus humaine possible. Ils ne veulent pas d’exagération ». Je savais que je devais enlever ce côté iconique de l’Evil Queen. Je devais la visualiser en tant que femme.

Vous avez réussi à amener de l’humanité dans cette haine mythique envers Blanche Neige.
Je devais être ouverte d’esprit sur ce que Blanche Neige était pour elle, et ce qui la poussait à vouloir tuer quelqu’un. La partie la plus fun c’est cet arc émotionnel qui a évolué en dehors de l’histoire. Comme les auteurs l’ont montré, il y avait encore beaucoup plus à explorer.

Vous devez tous bien vous entendre sur le tournage, n’est-ce pas ?
Une camaraderie inimaginable s’est construite entre les acteurs et équipe de tournage. La meilleure partie est le sens de l’humour que tout le monde a – sur nous-même, nos personnages, ou les répliques drôles que nous devons dire. Nous avons des moments ou nous nous disons : « je n’arrive pas à croire que je doive dire ça » ce qui nous aide dans notre élan.

Le rôle de Regina implique une certaine condition physique. Quelle est votre routine ?
En toute honnêteté je ne serais pas contre un peu plus de scènes physiques avec ce personnage. Je n’en fais pas autant par moi-même – nous avons un certain nombre de doublures pour ça – mais je me fais quand même pas mal propulser. Emma (jouée par Jennifer Morrison) l’héroïne de la série, est celle qui a le plus de scènes physiques. Mon personnage fabrique des boules de feu et enfume la ville. Mais rester en forme est primordial. Quand vous êtes un acteur professionnel, votre corps est votre instrument. Je fais de l’exercice, fais attention à ce que je mange, prends des vitamines, bois beaucoup d’eau, et dors 8 heures par nuit.

Vous êtes vous toujours souciée de votre santé ?
C’est un principe avec lequel j’ai grandi. Ma mère m’a initiée au yoga à l’âge de 5 ans, et j’ai toujours mangé bio. Ma mère nous faisait manger végétarien 6 mois dans l’année, et me disais toujours : un esprit sain dans un corps sain. J’ai initié mon mari et les garçons à cette philosophie.

En parlant des garçons, vous vous êtes récemment mariée, et devenue une belle-mère. Comment appréhendez-vous tous ces changements ?
Ils ont 13, 15 et 18 ans, cela fait donc beaucoup de testostérone. Rentrer à la maison et voir leur visage est une nouvelle grande joie. J’ai ce séduisant mari, mon meilleur ami. Ils contribuent tous tellement à mon bonheur. J’aime qu’au lieu de juste jouer une belle-mère méchante dans la série, je suis une vraie belle-mère.

Étiez-vous fan des contes de fée en grandissant ?
J’ai adoré « Le Petit Chaperon Rouge », « Les 3 Petits Cochons » et « Hansel et Gretel ». J’ai vu la petite sirène à l’âge de 11 ans, et Dumbo est mon conte favori de tous les temps. En tant qu’enfant, nous construisons des forteresses, à la mythologie à nourri mon esprit.

Vous avez grandi à Brooklyn, n’est-ce pas ?
J’ai grandi entre Brooklyn et Los Angeles. Quelques-uns de mes souvenirs les plus tendres c’était de sauter dans les prises d’eau à Brooklyn les jours d’été. J’ai grandi lors de l’épidémie de crack, et certains des quartiers voisins était effrayants, alors mon couvre-feu était au coucher du soleil. L’imagination était donc la bienvenue. Ma famille possède toujours 2 maisons à Brooklyn, et je suis toujours étonnée des changements qui se sont produits là-bas.

Ce doit être gratifiant un tel succès, et de réfléchir sur ce voyage de votre vie.
J’ai grandi dans une classe moyenne avec très peu, et maintenant je vis mon rêve. A quelle fréquence les gens peuvent-ils faire ça ? Je me sens si chanceuse. Je ne suis pas très religieuse, mais je crois en l’énergie et dans le fait d’être gentil envers les autres. Je sais qu’il y a un échange dans la vie qui se fait quand les gens sont généreux, tant dans le temps que dans l’esprit. Le principe derrière ça c’est l’amour et la gratitude. Et cela m’a bien réussi.

Vous donnez et recevez beaucoup d’amour à travers vos interactions sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce que cette communication vous offre ?
Le monde des réseaux sociaux – Twitter, etc. – a été un élément tellement gratifiant dans ma carrière. Cela rend chaque jour meilleur, en sachant que j’ai cette dose d’amour et de soutien. Mais ce n’est pas seulement ça, je vois qu’ils retirent quelque chose de ce personnage que j’interprète. J’ai toujours voulu trouver un moyen de leur rendre ce qu’ils me donnent, et j’ai l’impression que c’est le cas.

Source Traduction : Parrilla-Lana.net

© Oncers France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.